Les Français sont râleurs. C’est presque un sport national. Encore plus que de faire la grève (chose qui se fait plus rare, par les temps qui courent…). Ils râlent d’ailleurs quand les autres font la grève.


Ils râlent, en vrac, contre : le Gouvernement, quel qu’il soit ; les impôts trop élevés ; les fonctionnaires qui ne foutent rien ; les jeunes qui ne respectent rien ; les vieux qui se plaignent tout le temps (sic) ; les prédictions météorologiques qui se trompent tout le temps ; les radars…


Bien que Galloise de cœur, j’ai un côté très français aussi, et je râle donc aussi. Pas toujours pour les même choses.


Les impôts j’aimerais bien en payer : ça voudrait au moins dire que je gagne un salaire décent. Quant-à la taxe d’habitation, on est quand-même tous contents que nos poubelles soient ramassées, que nos enfants aient une école primaire digne de ce nom, que les routes et les trottoirs soient entretenus. Sans parler de décorations de Noël modernes …


Le Gouvernement. Ah, le Gouvernement… Une simple question à ceux qui râlent mais ne se déplacent même pas pour aller voter : qu’attendez-vous pour vous bouger et faire changer les choses ? Vous pouvez faire mieux ? Allez-y ! Avez-vous seulement déjà assisté à un conseil municipal ? Vous vous rendriez peut-être compte du travail que cela implique. Et vous saurez par la même occasion où vont vos impôts locaux.


Quand-aux radars, si ça ne tenait qu’à moi, il y en aurait ENCORE plus. Et ils feraient en sorte d’attraper ceux qui coupent les lignes droites, ceux qui ne respectent pas les STOP, ceux qui téléphonent au volant, ceux qui téléphonent en fumant au volant …


Voilà, c’est contre ça que je râle moi : les petites choses dont les institutions ne sont en rien responsables, les petites choses que nous pouvons tous changer, avec un petit effort par-ci par-là : ramasser les crottes de son chien, de pas fumer dans les lieux publics, ne pas jeter son mégot, son chewing-gum ou son ticket de métro dans la rue, respecter le code de la route.


Car c’est bien de ça dont il s’agit : de respect. Au pays des Droits de l’Homme, on a tendance à oublier qu’avoir des droits implique d’avoir aussi des devoirs. Et le premier devoir des hommes libres c’est de respecter les autres.


Alors, râler ou ne pas râler ? There is no question : Râler, oui, mais agir aussi et surtout.